Livre d'or

4 message(s) dans le livre d'or

  • LOUIS TILLET
  • Le 02/07/2018

Comme tous les Johannistes, je garde un souvenir ardent du Père Georges Beyron qui partagea, un temps, l'orgue de choeur de la Cathédrale Saint-Jean de Lyon avec le Père Chevalier - autour des années 60 - et bientôt lui succéda. Personne ne connaissait mieux que lui le monde de l'orgue et son histoire, depuis Dom Bédos de Celles jusqu'à nos jours ; en cela, il formait avec le Père Godard la dyade la plus pointue qui fût capable de savoir tout, à tout moment, sur tout ce qui pouvait concerner la vie européenne de ce "prince des instruments" (comme l'avait baptisé Liszt), et leur passion commune pour la facture de l'orgue français des XVIIème-XVIIIème siècles se partageait aussi avec de grands spécialistes en la matière tels l'organiste et homme de Lettres Henri Delorme (1943-2012) ou le virtuose émérite Michel Chapuis (1930-2017). Le Père Beyron aimait aussi à lire et relire, au piano à quatre mains, telle ou telle page de Bach - "L'Art de la Fugue", par exemple -, soit avec le Père Godard, soit aussi avec le Père Henri Durand, Professeur de Philosophie. Aussi, citer l'immense personnage qu'il fut, est-ce en même temps entr'ouvrir la porte de tout un passé lumineux qui a laissé ses traces puissantes et fécondes à travers les parfums de la légendaire Institution Leidrade.

  • robert descombes
  • Le 03/12/2017

J'ai rencontré le Père Godard , à Lyon, en 1966- j'avais vingt ans-, avec mon ami Jean-Marc Baffert, hélas disparu en juin dernier. Une amitié de quarante ans nous mena sur les chemins des orgues de France , avec le père Georges Beyron, et même d'Espagne..Nous partageâmes les mêmes enthousiasmes,lors des premiers concerts de l'association Louis Marchand , les découvertes émerveillées des instruments de Grignan, Sarre-Union...et tant d'autres...des clavecins de Wayland Dobson à Réauville...Tant de moments chaleureux passés ,place Saint-Jean, autour d'un simple repas improvisé, avec d'autres amis , Jean-François, Marie-Thérèse...Que tout cela est déjà loin et me paraît pourtant si proche,.....Marcel Godard n'était que pudeur, humilité, bonté, générosité,tolérance, humour inimitable...amour de la vie et du beau....et , surtout, spiritualité intense que traduit si bien sa musique.. ..Il me manque , tant, et me manquera, jusqu'à mon dernier jour. Je suis fier de l'avoir connu et d'avoir été son ami. Merci, père, d'avoir été au monde, avec nous.

  • LOUIS TILLET
  • Le 11/11/2017

Mon Maître Marcel Godard a réussi la mystérieuse jonction entre Verbe de musique et Musique du verbe, selon un tissu harmonique d'une luminosité transparente, où toutes les hardiesses sont perçues comme autant de scintillements jaillissant au gré d'une fluidité naturelle et incessante du discours. Puisse sa puissance créatrice et son humanisme débordant continuer à éclairer notre chemin de nuit.
Requiescat en Pace.
Louis Tillet, humble dédicataire - avec son frère Bernard - de "Lève-toi, resplendis, Jérusalem !" (Juillet 1964)

  • BUffiere
  • Le 23/10/2017

ce n'est pas un message mais une anecdote qui m'a marquée et qui est "tellement" lui!...
Un dimanche à la Primatiale où c'est le Père Gordard qui me donnait la communion, l'hostie élevée, au lieu de me dire "le Corps du Christ", il m'a dit : "j'ai encore trouvé l'orgue ouvert ce matin dans la chapelle des Chanoines"!

Écrire un message sur le livre d'or